"Né d’aucune femme" : une merveille d’écriture et d’émotion

Quelquefois il faut savoir dire la violence. Rares sont ceux qui, comme Franck Bouysse, parviennent à écrire l’indicible, à caresser l’innommable, avec tant de finesse et d’intensité. Sans rendre le mal tolérable, il est mis en scène avec une force qui suffirait presque à le pardonner, une beauté que seule peut la littérature et qui, quand bien même elle ne guérit pas les plaies, émeut suffisamment les sens pour en transfigurer la douleur. Malgré la dureté et la noirceur de certaines pages, Né d’aucune femme est un livre bouleversant et lumineux.

"Né d’aucune femme" : une merveille d’écriture et d’émotion
Quelquefois il faut savoir dire la violence. Rares sont ceux qui, comme Franck Bouysse, parviennent à écrire l’indicible, à caresser l’innommable, avec tant de finesse et d’intensité. Sans rendre le mal tolérable, il...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité