"San Perdido": le cynisme des nantis, la débrouille des démunis

David Zukerman plante le décor de son premier roman "San Perdido" dans une cité latino-américaine imaginaire. Les protagonistes peuplant son histoire sont autant les acteurs que les victimes de la corruption, des inégalités, de l’exploitation. Nous sommes en Amérique latine où cet état des lieux est presque atavique. Un éclairage primordial sur les laissés-pour-compte. Un récit touffu et plein de rebondissements.

Le cynisme des nantis, la débrouille des démunis
©Xinhua/Photoshot
San Perdido. Le titre du premier roman de David Zukerman, est-il le nom d’une cité perdue en Amérique latine ? Presque. C’est en tout cas celui dont l’auteur français a doté le port côtier où il plante le décor de son histoire. Dans un Panamá ressemblant...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité