La plume décomplexée de Victor Jestin sur l’adolescence

Léonard, campeur malgré lui
©Flammarion

Il y a beaucoup de chance que ce soit les ultimes vacances qu’il passera en famille – avec ses parents et ses frère et sœur. Léonard a 17 ans et, manifestement, le camping, c’est pas trop son truc. Ce soir est le dernier après quinze jours à étouffer dans les Landes – “lui qui n’aimait pas la chaleur et préférait les jours gris”. Plutôt que de s’amuser en compagnie des filles et garçons dont il a, à force de les croiser, bien dû faire connaissance, il est resté dans sa tente. Sur la plage, la musique bat son plein. L’alcool coule sans doute à flot et d’autres choses si affinités. On est là pour s’amuser. Certains se reverront l’année prochaine, d’autres se sépareront, peut-être pour toujours. Comme Léonard n’arrive pas
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité