Tendre une oreille aux absents

"Il ne comprenait pas ce qu’ils disaient, pourtant il percevait leurs voix avec la même acuité que le gazouillis des oiseaux et le bourdonnement des insectes autour de lui." Presque chaque jour, un vieil homme s’assied sous un bouleau aux abords du champ, nom communément donné au cimetière par les habitants de Paulstadt.

Tendre une oreille aux absents
©REPORTERS
"Il ne comprenait pas ce qu’ils disaient, pourtant il percevait leurs voix avec la même acuité que le gazouillis des oiseaux et le bourdonnement des insectes autour de lui." Presque chaque jour, un vieil homme s’assied sous un bouleau aux abords du champ, nom communément donné au cimetière par les habitants de Paulstadt. Les voix qui s’expriment vont écrire l’histoire de cette petite ville....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet