Nina Bouraoui démontre comment la violence s’instille chez une femme "ordinaire"

C’est à la demande du festival de théâtre Paris des femmes que Nina Bouraoui (prix Renaudot en 2005 pour Mes mauvaises pensées) a écrit Otages. Il s’agissait à l’époque d’une pièce qui ne devait pas dépasser une demi-heure. "N’étant pas aguerrie à l’écriture théâtrale, j’ai opté pour le monologue", détaille l’écrivaine que l’on rencontre avant une lecture d’extraits de son livre qu’en fera Laurence Bibot à l’invitation de Passa Porta. Jouée en 2015 au théâtre des Mathurins, lue à Bonnieux chez Agnès Varda, la pièce qui connut un certain succès continue d’ailleurs d’être représentée en France.

Nina Bouraoui démontre comment la violence s’instille chez une femme "ordinaire"
©REPORTERS

"Otages", un monologue intense, de Nina Bouraoui.

C’est à la demande du festival de théâtre Paris des femmes que Nina Bouraoui (prix Renaudot en 2005 pour Mes mauvaises pensées) a écrit Otages. Il s’agissait à l’époque d’une pièce qui ne devait pas dépasser une demi-heure. "N’étant pas aguerrie à l’écriture

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité