Le KGB aussi cruel qu’incompétent

Les Services compétents dont parle le nouveau livre d’Iegor Gran, c’est le KGB. Mais le terme est ironique car, au début des années 60, ces services secrets ne sont bons qu’à prendre en filature des suspects par moins 20 degrés et à les envoyer dans des camps en Sibérie mais pour le reste, ce sont des abrutis.

Le KGB aussi cruel qu’incompétent
©REPORTERS

Iegor Gran fait le récit formidable de la traque de son père, le dissident Siniavski.

Les Services compétents dont parle le nouveau livre d’Iegor Gran, c’est le KGB. Mais le terme est ironique car,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet