Sept femmes et un homme disparu

Vittorio s'est volatilisé. Caterina Bonvicini donne la parole aux femmes de sa vie, peu à peu portées par une nouvelle dynamique.

Sept femmes et un homme disparu
©Gallimard
Début 2010, Caterina Bonvicini (née à Florence en 1974) en avait ravi plus d’un avec L’équilibre des requins, plongée souriante et racée auprès d’êtres rongés par la dépression. Plus grave, tout aussi maîtrisé, Le lent sourire (2011) déployait une vitalité et une maturité confondantes pour s’emparer du thème de l’impossible deuil, auquel rien ne prépare. Avec...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité