Un parfum de vécu et de "Térébenthine"

Carole Fives trempe sa plume incisive dans l’huile du mépris. Peinture parodique de l’art contemporain.

Un parfum de vécu et de "Térébenthine"
©REPORTERS
Une entame interpellante, qui intrigue et se relira volontiers en fin de parcours, ouvre le nouveau et huitième roman de la jeune et prolifique Carole Fives . Cette fois, l’autrice de Tenir jusqu’à l’aube trempe sa plume dans l’huile et l’acrylique du mépris. Dans les souvenirs aussi, puisque...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité