La vieillesse s’apprend-elle ?

"La voyageuse de nuit" de Laure Adler : être ce que l’on est et non pas ce que l’on veut qu’on soit.

La vieillesse s’apprend-elle ?
©Belga
Monique Verdussen
Le dernier livre de Laure Adler n’est pas un roman même si on y trouve de nombreuses petites histoires… vraies. Elle y voit plutôt un voyage, empruntant son titre à un texte de Chateaubriand dans La vie de Rancé : "La vieillesse est une voyageuse de nuit : la terre lui est cachée ; elle ne découvre que le ciel". À travers anecdotes, expériences personnelles, choses vues, citations d’auteurs, il...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet