Blanche, femme fatale

Antihéroïne d’un roman libertin de Jean-Paul Enthoven. Avec Aragon en filigrane.

Blanche, femme fatale
©REPORTERS
Dans La dernière femme, captivante galerie de quelques destins en dents de scie (de Colette Peignot, alias Laure, à Françoise Sagan), Jean-Paul Enthoven (Mascara, en Algérie, 11 janvier 1949) consacrait vingt pages à l’écrivaine anglaise Nancy Cunard, né le 10 mars 1896, issue d’une richissime famille dont, en anarchiste-née,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet