"Le Maître et Marguerite" en habits neufs: "C'est un roman sauvé par l'obstination: celle de Boulgakov, de sa femme et des chercheurs qui l'ont restauré"

André Markowicz et Françoise Morvan signent une nouvelle traduction du chef-d’œuvre de Boulgakov. Où le roman retrouve sa force impétueuse, à rebours des versions censurées ou policées. Entretien.

"Le Maître et Marguerite" en habits neufs: "C'est un roman sauvé par l'obstination: celle de Boulgakov, de sa femme et des chercheurs qui l'ont restauré"
©Montage DR
Après avoir traduit Pouchkine, Dostoïevski et Gogol, s’attaquer à Boulgakov est pour André Markowicz un aboutissement. Il s’est lancé dans Le Maître et Marguerite avec l’aide de Françoise Morvan (avec laquelle il avait déjà traduit tout le théâtre de Tchekhov). Ce monument de la littérature russe, écrit entre 1928 et 1940, année de la mort...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité