"Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer : l’arnaque comme système de survie

Benjamin Whitmer signe un western noir dans le Denver de 1895, entre gang mafieux et orphelins débrouillards.

"Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer : l’arnaque comme système de survie
©Shutterstock
"Denver était la ville la plus sauvage de l’Ouest, il n’y avait pas un seul homme qui ne souhaitait pas s’y mesurer." Nous sommes en 1895. Cité de tous les dangers qui exacerbe les tensions, Denver n’a aucun égard pour ses orphelins. Cora, quinze ans, en a décidé autrement. Elle n’était encore qu’une enfant quand elle s’est mise à les accueillir sous son aile. L’adolescente a installé sa "famille" dans une usine désaffectée, territoire dérisoire qui pourtant doit sans cesse être...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité