Le remords nourrit le désespoir

Les romans d’Arnaldur Indridason, de plus en plus mélancoliques, gorgés des regrets du passé enfoui.