Ces êtres que personne ne voit

Françoise Henry observe avec acuité et empathie le destin brisé d’un enfant né dans l’amour.

Monique Verdussen
Ces êtres que personne ne voit
©DR
Révélée au grand public avec Le rêve de Martin, paru en 2006, Françoise Henry s’est souvent attachée, dans ses romans, aux êtres inexistants aux yeux des autres. Mal perçus. Bousculés dès l’enfance. En manque de chance, d’instruction ou d’une main tendue pour les aider à émerger de l’ombre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité