Carnets inédits d’une captivité kafkaïenne

Exhumé par Ian McEwan, le récit d’une année dans les prisons hongroises dans les années 1960.

Carnets inédits d’une captivité kafkaïenne
©Shutterstock
L’histoire de ce texte et de son auteur vaudrait à elle seule un roman. Publié en Suède en 1982, Aux éternels perdants paraît aujourd’hui simultanément en France et en Grande-Bretagne. Né à Brighton de parents hongrois, Andrew Szepessy (1940-2018) a été un orphelin en bas âge recueilli par sa grand-mère. En 1965, il est retenu prisonnier à Budapest pour des raisons...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité