Dagobert, Mick, Claude et l’enfance

Comme la première fois Les journalistes de "La Libre" vous racontent leurs émois artistiques, le souvenir d'une première fois, d'une découverte culturelle.

Dagobert, Mick, Claude et l’enfance
©hachette/D.R.
Rien n’y a fait. Je m’y suis avancé deux ou trois fois, j’ai tenté puis retenté le coup, mais les aventures n’avaient pas la même saveur, les forêts pas la même odeur, les embruns pas la même lumière. Dans la galaxie des romans de jeunesse d’Enid Blyton, je serai toujours du côté du Club des Cinq, non du Clan des Sept. Pourquoi ? Mystère. Mon petit frère s’était lié d’amitié avec Pierre, Jeannette, Georges ou Colin, les héros du Clan. Je me sentais plus proche de Claude, de François, Mick, Annie et Dagobert, les piliers du Club. Mieux : c’est avec eux, au pas de course,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet