Vingt-quatre heures de la vie d’une jeune femme

À vingt-quatre ans, Shane Haddad signe un premier roman électrisant, portrait actuel d’une étudiante.

Vingt-quatre heures de la vie d’une jeune femme
©Shutterstock
Shane Haddad n’a que vingt-quatre ans. Toni tout court, son premier roman, elle l’a écrit dans le cadre du master Création littéraire organisé par l’université du Havre - institution pionnière en ce domaine. Et ce qui frappe d’emblée, c’est son écriture directe, tout en phrases courtes, qui dégage une énergie folle. Comme une balle de flipper, les images, les sensations, les flashs de souvenirs rebondissent à...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité