"Si j’avais des solutions, je serais professeur, pas romancière ! Ma responsabilité est d’écrire, en espérant que quelqu’un pourra m’éclairer"

Le festival Passa Porta se tiendra du 21 au 28 mars en mode digital. Quelque 80 écrivains, penseurs et artistes seront mis à l’honneur. Rencontre avec Imbolo Mbue, l’une des invités internationales.

"Si j’avais des solutions, je serais professeur, pas romancière ! Ma responsabilité est d’écrire, en espérant que quelqu’un pourra m’éclairer"
Quatre ans après le remarqué Voici venir les rêveurs paraît, simultanément aux États-Unis (la sortie prévue en juin a dû être retardée pour cause de pandémie) et en traduction en France, le nouveau roman d’Imbolo Mbue, Puissions-nous vivre longtemps (How Beautiful We Were) . Avec cette ample fresque politique et humaine haute en couleur et en intensité, la romancière née au Cameroun et désormais citoyenne américaine nous emmène à Kosawa, un village fictif d’Afrique de l’Ouest qui lutte contre Penxton, une multinationale indifférente au sort des populations qui vivent...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité