Gilles Paris tombe le masque: "Je n’ose pas écrire que je ne ferai plus jamais de dépression mais je l’espère"

Dans "Certains cœurs lâchent pour trois fois rien", l’écrivain raconte sans détour ses dépressions. Plus que les coups, ce sont les mots de son père qui l’ont anéanti. D’une remarquable sincérité.

Gilles Paris tombe le masque: "Je n’ose pas écrire que je ne ferai plus jamais de dépression mais je l’espère"

D’une admirable sincérité, dans Certains cœurs lâchent pour trois fois rien (Flammarion), Gilles Paris raconte sans détour ses nombreuses dépressions, tentatives de suicide, séjours en hôpital psychiatrique, addictions et autres rencontres homosexuelles précoces. Un récit sans fausse note autour de la souffrance, de l’incompréhension, de la dure réalité des rechutes et de la lente remontée de la pente. L’auteur du best-seller Autobiographie d’une courgette (Plon, 2001) - dont l’adaptation animée de Claude Barras Ma vie de courgette (2016) s’est vue doublement césarisée - brise les tabous et fait, par là même, œuvre utile.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...