"L'hôtel de verre": là où saigne la conscience des hommes

Après le succès de "Station Eleven", Emily St. John Mandel confirme son statut d’auteur à suivre.

"L'hôtel de verre": là où saigne la conscience des hommes
Depuis le succès de Station Eleven, traduit en plus de trente langues et finaliste du National Book Award, Emily St. John Mandel (Comox, 1979) s’est forgé une place de choix dans le cercle des auteurs américains à suivre. Son nouveau roman, L’hôtel de verre, nous arrive en traduction française auréolé d’un prestigieux parrainage...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité