L'horreur et l'humanité de la guerre du Vietnam: "Quand on est vulnérable, on est obligé de s’entraider"

Avec "Em", Kim Thúy nous emmène au Vietnam, qu’elle a quitté en 1975 sur un radeau. La guerre nous y est dépeinte via le destin d’enfants métis nés de soldats américains. Un roman d’une rare intensité. Entretien.

Kim Thuy
©Photo Valerian Mazataud
C’est un livre coup de poing. Après Ru (2010), Mãn (2013) et Vi (2016), Em , le quatrième roman de Kim Thúy, nous plonge dans la guerre du Vietnam pour en extirper la terrifiante horreur autant que l’extraordinaire humanité. Ils sont enfants, orphelins, métis, dans un conflit qui les dépasse. Leur survie tient déjà du miracle quand un avion vient les arracher à leur terre pour...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Les articles abonnés les + lus