Constellation pour une étoile

Jean Rouaud cerne un Rimbaud qui aurait moins déserté la poésie que la poésie n’aurait fui le monde.

Monique Verdussen
Constellation pour une étoile
©PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
Tout n’aurait-il pas été pensé, encensé ou contesté au sujet de Rimbaud ? S’appuyant sur la constellation de ceux qui l’ont approché aux divers âges de sa vie, Jean Rouaud témoigne que l’on peut encore regarder avec une optique lavée des clichés le poète étoile de la littérature. Se refusant à le réduire aux fulgurances poétiques ou aux dérives provocantes de sa jeunesse rebelle, il le donne à voir dans la continuité d’une quête jamais assouvie. Il l’observe dans ses intuitions mais avec ses failles, au plus dru de ses manques, ses ambitions, ses lucidités ou son aspiration à, selon sa sœur Isabelle, s’élever au-dessus du monde". Il en épingle l’esprit de farouche liberté et le rêve d’exil qui ne le quitteront jamais : "Il lui suffisait d’être là pour avoir envie d’être ailleurs"....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité