Le dernier amour de Clemenceau

Fringant dans ses 82 ans, il lui offrit une nouvelle vie. Elle lui rendit une ultime énergie.

Le dernier amour de Clemenceau
©DR
Monique Verdussen
L’avoir eu pour amant était perçu comme un privilège. Ce n’était pourtant pas un homme commode. Ses façons de courtiser les femmes relevaient d’un tempérament passionné autant que dominateur. Sa galanterie n’ignorait pas la rudesse. Sa séduction se plaisait à l’intransigeance mais aussi à une constance le poussant à courtiser ses anciennes belles-amies devenues grands-mères ! Né en Vendée en 1841, médecin de formation avant que de rallier la politique, Georges Clemenceau n’était ni un modéré ni un velléitaire....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité