Jean-Marie Laclavetine construit pour sa sœur une forêt d’amitié

Si l’écriture ne ressuscite pas les morts, elle fait sentir leur présence parmi les vivants.

Jean-Marie Laclavetine construit pour sa sœur une forêt d’amitié
©francesca mantovani
Monique Verdussen
Lorsqu’il a publié en 2019 Une amie de la famille, Jean-Marie Laclavetine, non seulement brisait un silence de cinquante années, mais levait un souffle de réactions inattendues. Sa sœur était morte à 20 ans, sous ses yeux, emportée par une vague agressive comme il s’en déchaîne parfois à Biarritz. On était en 1968. Il avait 15 ans à l’époque. Il ne s’en remit pas plus que leurs parents et ceux qui avaient été les proches d’Annie, chacun...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité