Dostoïevski, un monde en soi

Le Dictionnaire établi par Michel Niqueux offre une boussole pour s’y retrouver dans une œuvre à l’ampleur intimidante.

Dostoïevski, un monde en soi
©D.R.
Quel bonheur de disposer désormais d’une véritable boussole pour se retrouver dans l’œuvre de Dostoïevski qui s’étend entre le ciel et l’enfer ! Rappelons ce que deux écrivains aussi différents qu’André Malraux et Albert Camus pensaient d’elle. Le romancier de La Condition humaine voyait dans l’écrivain russe LE romancier du XXe siècle, du fait que le problème du mal est central dans son œuvre. Quant à l’auteur de La Peste, il mettait Les Possédés à la hauteur de l’ Odyssée, de Don Quichotte, du théâtre de Shakespeare, parce que, bien avant Nietzsche, il avait su discerner le nihilisme contemporain et prédire ses suites monstrueuses.

Cent dix-huit

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité