Au cœur de l’enfer

Le romancier portugais J.R. dos Santos cherche à Auschwitz comment dire l’atrocité du Mal.

Au cœur de l’enfer
©AFP
Encore un livre sur les atrocités d’Auschwitz ? Oui, mais celui-ci devrait trancher sur les centaines d’ouvrages qui ont tenté de décrire l’inconcevable. La plupart tendent, en effet, à mettre l’accent sur l’histoire de personnes qui contre toute probabilité et en dépit d’innombrables souffrances, ont réussi à s’en sortir. Si admirables soient-ils, estime l’écrivain portugais José Rodrigues dos Santos, ils négligent la donnée fondamentale qui est que ceux qui ont vécu l’expérience de la Shoah dans son intégralité ne sont pas les survivants, mais les morts : "Ce qui fait la spécificité de la Shoah, ce ne sont pas ceux qui ont réchappé, mais ceux qui y sont restés… À aucun moment, nous ne pouvons oublier que les survivants constituent l’exception, jamais la règle". À cette première constatation, il en ajoute une autre : "Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce qui est habituellement présenté dans les œuvres littéraires ou cinématographiques...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité