Bertrand Belin, ciseleur de mots, à l’oral comme à l’écrit

Le chanteur français sera mardi aux Midis de la poésie pour parler de ses auteurs de prédilection et de son rapport à la langue.

Bertrand Belin, ciseleur de mots, à l’oral comme à l’écrit
©Bastien Berger
Bertrand Belin aime la langue française. Ses chansons (Persona, sorti en 2019) et ses livres (Grands carnivores, P.O.L., 2019) en témoignent. Son registre de vocabulaire est étendu et précis. Il n’emploie pas les mots comme tout le monde : même en interview, son langage est châtié. Reporté d’un an pour cause de crise sanitaire, son rendez-vous avec le public des Midis de la poésie aura lieu mardi à Bruxelles. L’auteur, compositeur et interprète français semble fin prêt à partager son “compagnonnage” avec ses poètes de prédilection : Francis Ponge, Eugène Guillevic, Philippe Jaccottet et Christophe Tarkos....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité