Après le viol, vivre en apnée, alors que tout hurle en soi

Rebecca Watson signe un premier roman aussi inventif sur la forme que percutant.

Après le viol, vivre en apnée, alors que tout hurle en soi
©Shutterstock
On le comprend instantanément : avec Sous la peau, premier roman de Rebecca Watson, l’on va vivre une expérience de lecture peu banale. L’agencement du texte sur la page est en effet astucieusement travaillé, qui permet à la fois une lecture horizontale et par moments verticale. Mais cette...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité