Ce que le monde doit à l’Évangile

Chateaubriand en dresse un bilan dans "Génie du christianisme".

Ce que le monde doit à l’Évangile
©reporters
Dans son désir de réconcilier les Français après les tragédies engendrées par la Révolution entamée en 1789, et les persécutions infligées aux catholiques, Bonaparte, devenu Premier consul, se devait de régler la question religieuse. Après un an de de négociations, un concordat fut conclu avec le Saint-Siège, adopté par le Corps législatif et promulgué le 18 avril 1802, dimanche de Pâques. Ce jour-là, les autorités...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité