Des livres en scène à l’Intime festival : "On partage un vrai moment d’intimité de pensée"

Le chapitre 9 se tiendra du 26 au 29 août. Une quarantaine de propositions sont au menu.

Des livres en scène à l’Intime festival : "On partage un vrai moment d’intimité de pensée"
©Christophe Vanderborght

En cette fin d’été, le Théâtre de Namur va s’ouvrir à nouveau pour accueillir, du 26 au 29 août, le chapitre 9 de l’Intime festival. Après Liberté, j’aurais habité ton rêve jusqu’au dernier soir, spectacle d’ouverture écrit par Felwine Sarr d’après René Char et Frantz Fanon, créé au dernier festival d’Avignon, s’égrèneront grandes lectures (1 heure, par un comédien) et petites lectures (30 minutes, par un comédien), toutes proposant des extraits montés.

L’exercice de la grande lecture, Catherine Salée y a goûté pour la première fois avec délectation lors du précédent Intime festival. "Ça a été assez jouissif, je ne m’attendais pas à y prendre autant de plaisir !", confie la comédienne. "C’était la première fois que je remontais sur scène après le confinement, et c’était très particulier, pour les spectateurs comme pour moi. J’aime être sur scène, mais cet exercice est singulier : il y a peu de répétitions, c’est donc une espèce de saut dans le vide, et on partage un vrai moment d’intimité de pensée, qui sert l’art." Sans décor ni mise en scène, l’essentiel repose sur le comédien. "C’est un moment privilégié avec le livre, qui demande un investissement du corps, de la voix. J’adore ! On n’est pas seul parce qu’il y a les mots de l’auteur. On a chacun sa vision, on fait ressortir certaines choses plus que d’autres. Moi, j’essaie de transmettre les sensations que j’ai eues à la lecture, en travaillant le rythme, en faisant vivre les personnages, l’ambiance."

Cette année, Catherine Salée lira des extraits de À la folie de Joy Sorman, qui relate une expérience d’immersion en hôpital psychiatrique. "Un texte engagé, l’air de rien puis de plus en plus. Sans avoir le poing levé, mais par la description des choses : c’est très subtil."

Des expos, aussi

Les autres grandes lectures donneront notamment à entendre des extraits d'Alegria de Manuel Vilas (par Michel Vuillermoz), Zaï, zaï, zaï, zaï de FabCaro (par Nicolas et Bruno), Le dernier été en ville de Gianfranco Calligarich (par Félix Vannoorenberghe) ou Les Liaisons dangereuses de Laclos (par Anna Mouglalis et Micha Lescot). Côté petites lectures, il y aura entre autres Des milliers de lunes de Sebastian Barry, Le Bois de Jeroen Brouwers, La Coquille de Mostafa Khalifa et la lecture vidéo de La Petite Femelle de Philippe Jaenada. Plusieurs auteurs participeront à des entretiens : Justine Augier, Camille de Toledo, Philippe Jaenada, Elisa Shua Dusapin, Joy Sorman, Timothée Stanculescu et Manuel Vilas. Notons encore une table ronde autour de l'art concentrationnaire réunissant l'écrivain Mostapha Khalifa, l'artiste Najah Albukaï et l'éditeur Farouk Mardam-Bey.

Hors la grande salle du théâtre et le chapiteau installé pour le festival Doux mois d'août dans la cour de l'école attenante, deux expos seront proposées : Les Gorgan de Mathieu Pernot (au Delta) et Les Disparus dans le sillage de la résidence d'écriture de Robert McLiam Wilson (à la galerie du Beffroi), expérience qui sera partagée lors d'une table ronde. Notons enfin un hommage à Jean-Claude Pirotte, une carte blanche au Tampographe Sardon ainsi qu'au duo Gustave Kervern et Benoît Delépine (qui mettront à l'honneur Ténèbre lors d'une rencontre avec son auteur, Paul Kawczak), un concert avec Majnun, T.I.E. et Felwine Sarr. Parmi une programmation riche et diversifiée.

> Programme complet : www.intime-festival.be. Entrée : de 10 € à 85 € (pass complet). Gratuit pour les moins de 26 ans. Rés. : 081/226.026