Mike Brant, l’exil en héritage

Serge Airoldi lie la destinée du chanteur populaire français avec l’histoire de ses parents déportés.

Mike Brant, l’exil en héritage
© Belga
Tous les mots dans le titre du nouvel ouvrage de Serge Airoldi, Si maintenant j'oublie mon île. Vies et mort de Mike Brant, ont leur importance. Surtout ne pas s'en tenir aux seuls prénom et nom de l'artiste israélien. Car de Mike Brant, la plupart retiennent avant tout son côté latin lover à paillettes et sa mort tragique, le 25 avril 1975. Si maintenant...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité