"L’enfer lui avait coupé les paupières"

Un puissant premier roman sur notre aveuglement en Syrie.

"L’enfer lui avait coupé les paupières"
© BELGA
Si Antoine Wauters dans Mahmoud ou la montée des eaux a choisi la poésie pour parler de l'horreur en Syrie, Julie Ruocco, jeune écrivaine française de 28 ans, qui travaille à Bruxelles au Parlement européen, a opté pour...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité