De la quiétude à l’inquiétude d’une amoureuse transie

Un second degré subtil innerve le premier roman de Maud Ventura, "Mon mari".

De la quiétude à l’inquiétude d’une amoureuse transie
©Céline Nieszawer
Comment remplir ce qui est déjà plein ? se demande l'héroïne de Mon mari, premier roman de Maud Ventura (Ivry-sur-Scène, 1992). Qu'ajouter à une belle maison, deux beaux enfants, une belle situation et un bel époux ?...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité