"Feu" de Maria Pourchet : deux amants pris dans une liaison ardente

Grâce à deux monologues intérieurs, Maria Pourchet raconte une histoire adultérine.

"Feu" de Maria Pourchet : deux amants pris dans une liaison ardente
©fayard
Il n'y a pas besoin de s'enfoncer très loin dans la lecture du roman de Maria Pourchet pour comprendre que l'auteure française est une experte pour décrire une scène avec minutie et dans un style singulier. Cela saute aux yeux dès l'incipit de Feu. Elle évoque alors la rencontre de Laure avec Clément dans un restaurant. "Tu t'étonnes de ces mains de fille nouées par erreur au corps d'un homme. Doigts frêles, attaches poncées, phalanges adoucies, et sous la peau trop fine pour en masquer la couleur, les veines sont enflées. La droite s'agitant au-dessus des olives et du pain, tu vois remuer un muscle...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet