Mirage, mon beau mirage

Avec la trajectoire d’un être banal en quête de tropicalité, Philippe Marczewski honore les vertus de la fiction et la truculence.

Mirage, mon beau mirage
©Shutterstock
Après nous avoir invités à sillonner Liège à sa suite dans Blues pour trois tombes et un fantôme (Inculte, 2019), un récit intime qui explorait la ville...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité