Disparitions en cascade

Entre réalité (qu’on préfère ignorer) et étrangeté, dans une atmosphère crépusculaire, Richard Flanagan nous bouscule.

Disparitions en cascade
©Shutterstock
Richard Flanagan est un écrivain qui ne craint pas de varier ses univers. Après La Route étroite vers le nord lointain, magistrale plongée dans l'enfer d'un camp de prisonniers australiens sous autorité japonaise (Man Booker Prize 2014), et Première personne, dans lequel il mettait son lecteur dans les pas d'un aspirant écrivain, texte de prime abord plus léger mais qui déployait petit à petit des questions existentielles explorées avec un subtil mélange d'autodérision et de sagesse, il change à nouveau de cap avec Dans la mer vivante des rêves éveillée, son huitième roman. Cette fois, il nous plonge au cœur d'une famille bousculée par l'accident cérébral dont a été victime Francie,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité