De Kinshasa à Londres, une vie d’exilés

Le premier roman de JJ Bola suit une famille congolaise forcée au départ. Échappant à la violence, pas à la précarité.

De Kinshasa à Londres, une vie d’exilés
©Shutterstock
Suivre la trajectoire de réfugiés a, dans le contexte de la guerre en Ukraine, acquis une nouvelle résonance. Le parcours est celui de Jean - dont on comprend qu'il est très proche de celui qu'a connu l'auteur -, que nous raconte JJ Bola dans son premier roman, Nulle part où poser sa tête (No Place To Call Home). Avec ses parents et Marie, sa sœur cadette, Jean a fui le Congo à la fin des années 90 pour s'installer à Londres. Si une nouvelle vie loin de la violence s'offre à eux, elle est faite d'incertitude et de précarité. Le statut de la famille n'est...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité