Face au pire, la bienveillance peut l’emporter

Le premier roman de JoAnne Tompkins nous parle de deuil, de résilience, de générosité en interrogeant ce qui constitue une famille.

Face au pire, la bienveillance peut l’emporter
©Shutterstock
Les faits laissent sans voix : Jonah a tué son voisin et meilleur ami Daniel, que l’on a pensé, un temps seulement, disparu. Après plusieurs jours de vaines recherches, Jonah s’est suicidé en laissant les aveux qui allaient permettre de retrouver le corps de Daniel. Tous deux avaient dix-sept ans. Pour Isaac, le père de Daniel, et Lorrie, la mère de Jonah,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité