Du Nigeria aux vitrines d’Anvers, quatre filles dans l’enfer de la prostitution

Traduite pour la première fois en français, Chika Unigwe témoigne d’une réalité qu’elle a appréhendée chez nous.

Du Nigeria aux vitrines d’Anvers, quatre filles dans l’enfer de la prostitution
©Shutterstock
C'est en suivant son mari, un ingénieur flamand rencontré au Nigeria, que Chika Unigwe (Enugu, 1974) a trouvé le sujet de son deuxième roman, Fata Morgana (On Black Sister's Street), premier de ses quatre livres à être traduit en français : la prostitution anversoise en ce qu'elle est surtout constituée de femmes nigérianes....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité