Choisir entre deux amours

Une femme entraînée vers un destin éprouvant par une passion dévorante.

Choisir entre deux amours
©Shutterstock
Monique Verdussen

Est-on dans un drame passionnel ou dans un thriller psychologique ? Un peu les deux sans doute. Avec Le choix de Suzanne, Christophe Tison rallie les deux genres à travers un suspense perturbant. Une femme y est confrontée au dilemme qui lui incombe d'avoir à trancher en quelques secondes entre la mort du mari qu'elle aime et celle de l'amant pour lequel elle éprouve une passion irrésistible. Elle peut en sauver un. Pas les deux. L'épreuve est terrible. Le sujet n'est pas nouveau en littérature. Encore que très différemment, William Styron l'a abordé en 1979 à travers le récit d'une mère qui avait été contrainte de sacrifier l'un de ses deux enfants aux ordres nazis. Le livre s'appelait là Le choix de Sophie et inspira en 1983 le film du même nom d'Alan J. Pakula où Meryl Streep ébranla fortement les sensibilités dans le rôle principal.

Foudroyée

Que fait Suzanne et quelles en sont les conséquences ? C’est, bien entendu, le thème du récit de Christophe Tison que l’on se gardera de trop dévoiler sous peine de lui enlever une large part de son intérêt. Elle a 41 ans. Elle s’est mariée par amour. Elle travaille dans l’entreprise de développement personnel créée par son mari, un homme riche et généreux dont elle n’aime toutefois pas se sentir dépendre. C’est lui qui a l’argent et, dès lors, le pouvoir. Lorsque sa meilleure amie lui présente son amoureux, elle est foudroyée. L’homme est séduisant, sûr de lui. Il la remarque, s’intéresse à elle.

Sans enfant, romantique, elle est attirée par une aventure qui la sortirait d’une vie dont elle n’espère plus grand-chose, sinon la monotonie de journées répétitives. Neil ne la brusque pas, se montre patient. Le mari dont il est le collaborateur nouveau venu ne voit rien ou ferme volontairement les yeux, on ne sait trop. Il participe avec eux à une excursion en montagne où tous trois se perdent avant d’avoir un accident. Echoués sur un à-pic rocheux, la vie des deux hommes tient à… une corde. Ou, plutôt, à deux cordes, l’une devant être coupée pour sauver les autres.

Était-elle une criminelle ?

C’est à Suzanne que revient la décision. Lequel va-t-elle laisser tomber dans le vide ? Le choix déterminera son destin. Entre remords et regrets, quelle décision pouvait-elle prendre ? Y avait-il une autre solution ? Était-elle une criminelle pour avoir condamné un homme et privilégié l’autre ? Les experts donnent leur avis. Les amis se révèlent. Les réseaux sociaux s’en mêlent. Pleuvent insultes et accusations.

Christophe Tison pose beaucoup de questions à travers son roman aux rebondissements multiples. Journaliste et écrivain né à Amiens en 1961, il aborde volontiers des sujets inscrits à l'air du temps, à l'actualité - comme ici l'allusion au crash d'avion de 2015 où un pilote entraîna ses passagers dans son suicide -, voire à sa vie personnelle. Avec Il m'aimait paru en 2004, il a raconté son enfance aux prises avec un pédophile. Avec Résurrection, il a évoqué sa dépendance aux drogues et à l'alcool suivie d'une désintoxication. Avec Le choix de Suzanne, il s'intéresse et nous intéresse à la passion amoureuse et aux ravages qui en peuvent résulter. En dépit de quelques poncifs et de situations assez prévisibles, le livre se révèle troublant et interpellant.

  • ★ ★ Christophe Tison | Le choix de Suzanne | Roman | L'Arpenteur, 232 pp., 19,50 €, version numérique 14 €

Sur le même sujet