Ce qui compte, c’est ce que nous laissons

Katherena Vermette nous ouvre les portes d’une communauté de femmes malmenées mais puissantes.

Ce qui compte, c’est ce que nous laissons
©Shutterstock
C'est un premier roman qui se distingue par sa rare capacité à saisir le trouble des émotions dans ses multiples composantes. En plongeant avec autant de finesse dans le cœur des femmes qui composent la galaxie d'une famille autochtone d'un quartier défavorisé et délabré de Winnipeg, au Canada, Katherena Vermette nous offre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité