Un plaidoyer sur le désir féminin

Outre un témoignage personnel, Anne Akrich propose avec beaucoup d’humour un retour réflexif sur la vie des femmes.

Un plaidoyer sur le désir féminin
©Pexels

Un cri qui retentit, une bombe qui explose, un frisson dans le cou, une révolte qui gronde, une belle surprise. Le livre de Akrich est, à lui seul, une sorte de révolution, une gueulante déstructurée dans laquelle les discours se mélangent, entre témoignages personnels et Manifeste féministe. "Alors c'est l'histoire d'une femme animée par la rage, qui demande réparation pour son sexe, et cherche à se sauver." Armée d'un humour abrasif, Anne Akrich nous fait passer en un clin d'œil de l'horreur au fou rire, de la tristesse à la révolte, de la réflexion à l'envie de tout casser.

Dans ce texte fracassant, l'autrice se livre, à l'appui de sa plume crue et sarcastique. Elle témoigne de son passé à Tahiti, le jour où, pour elle et sa famille, tout a basculé. Elle avait 12 ans. Sa sœur cadette part dans une pirogue avec son oncle. Il la viole. Tout s'écroule. Après ce drame, s'ensuivent le poids du silence, le malaise des non-dits, la lourdeur de la culpabilité qui n'a jamais quitté l'autrice. "C'aurait dû être moi", se dit-elle inlassablement. Cela n'aurait tout simplement pas dû arriver. La honte d'avoir un corps de femme et la culpabilité qui en découle doivent cesser.

Le vagin à l’honneur

Ce livre offre un retour réflexif sur les vies des femmes, l'omniprésence du désir masculin et de ses attentes, le tabou aberrant autour de l'organe féminin et des plaisirs qui en découlent. Mais Akrich ne s'arrête pas là. Elle aborde la jouissance féminine, la violation de la parole des femmes, les travers et les joies de la maternité, les violences infligées aux femmes mais aussi la notion du consentement et l'hypocrisie du concept de "zone grise". "Faites peser sur les hommes les mêmes risques que sur les femmes et on démêlera le sac de nœuds du consentement plus vite que prévu." Avec enthousiasme et virulence, l'autrice tente de redonner sa place au désir féminin, aux complexités du vagin et des orgasmes des femmes. Elle met en lumière les obstacles et les injonctions permanentes qui annihilent ce désir, le brutalisent, l'imaginent Autre au profit systématique des besoins masculins.

Ce livre est un texte puisé du cœur, un moment intime, une bouffée d'air arrachée. Derrière chaque mot, l'autrice vibre. On se cogne, on s'étonne, on rit de plein cœur et on a parfois l'envie de pleurer. Le Sexe des Femmes s'y vit tel un vent de liberté, un moyen pour l'autrice de survivre et de ne plus associer le sexe à la mort. Les choses sont inextricablement dites. "Maintenant que nous nous sommes emparées de la plume qui peut nous arrêter ?"

La tempête avant la révolution

Le point commun des femmes qui se plaignent des violences systémiques actuelles ? Elles en ont ras-le-bol. Pour Akrich, "le seuil de tolérance des femmes envers la connerie des hommes est en train de baisser drastiquement". À elles la parole maintenant, à elles de repenser nos histoires, de donner la place à leur désir multiple et à leur besoin d'équité. Aux hommes de les soutenir, de repenser leurs privilèges, de revoir leurs pratiques sexuelles et d'écouter, enfin, les femmes. Les adeptes du "not all men", devront se munir du 5e degré pour faire face au souffle sans retenue, à l'ouragan révolutionnaire qu'est Akrich, guerrière de la plume, pour qui "l'humour est la seule manière de dire la vérité sans se faire assassiner". Un livre à garder au chaud dans sa bibliothèque, à lire et à relire encore.

  • ★ ★ ★ ★ Anne Akrich | Le Sexe des Femmes. Fragments d'un discours belliqueux | essai | Gallimard | 192 pp., 18,50 €, version numérique 13 €