Un mot, un geste, le plombier fait le reste

Appelé pour une fuite d’eau, Joël se lie d’amitié avec Thomas. Les irrésistibles "invasions domestiques" d'Elodie Llorca.

Un mot, un geste, le plombier fait le reste
©DR

Qui est donc Thomas Thomassin, protagoniste du quatrième et nouveau roman d'Élodie Llorca, Invasions domestiques ? Derrière le téléopérateur dans une société d'assurances dont le boulot est de venir en aide, à distance, à ses assurés, se cache un être en perte de vitesse. D'aide, le fameux Thomas va en avoir besoin, car, pas de bol, la veille de la Toussaint, les tuyauteries de son appartement fuient.

Après avoir laissé un message à une dizaine de plombiers, l'un d'entre eux, Joël, le rappelle à minuit vingt exactement. Rendez-vous est pris pour le lendemain, 8 heures. À sept heures cinq, le sauveur est déjà là. Celui qui lance "Ne vous inquiétez pas la tuyauterie, c'est mon affaire" ne va pas régler la fuite tout de suite. D'un "vous me payerez quand le job sera fini" à "Vous savez, ce n'est pas dans la nature de Joël de laisser son client dans le pétrin", le technicien s'immisce petit à petit dans la vie de Thomas. Apporte un grain de folie aux journées pour le moins mornes du téléopérateur.

Antihéros

Largué par Christelle qui le trouvait trop secret, en délicatesse avec ses parents auprès de qui il n’arrive pas à s’imposer depuis la mort de son frère cadet Fabrice, éloigné de son ami Antoine désormais marié et père de famille, l’homme mène une existence solitaire. Jusqu’à cette improbable rencontre avec Joël.

Raconté à la première personne, Invasions domestiques est un irrésistible moment de lecture servi à un rythme trépidant. Soutenue par des dialogues jouissifs et un rendu théâtral, la plume d'Élodie Llorca (Suresnes, 1974) est volcanique. On ne résiste pas à son sens de l'observation ni au détail qui tue : "Son slip ballottait à l'arrière et au travers de la trame distendue du coton se dessinait clairement sa raie". Elle narre, avec un évident plaisir, les aventures de son antihéros passionné de découpages, assemblages, collages ayant pour sujet principal sa collègue Kim-Ly. Un passe-temps qu'il pratique dans le secret de son annexe. Une histoire, ponctuée de moments absurdes, agrémentée de situations rocambolesques, particulièrement bien écrite sans en faire trop où émergent, en filigranes d'une certaine légèreté, de pénétrantes réflexions sur les moments de bascule, quand tout nous échappe et qu'on n'a plus aucune prise sur rien.

  • ★ ★ ★ Élodie Llorca | Invasions domestiques | roman | Rivages | 204 pp.,19 €, version numérique 14 €

EXTRAIT

"Une heure plus tard, je repris le contact. L'artisan chantonnait. Il m'expliqua être coincé chez une Japonaise dont la chaudière était en nervous breakdown. Je suis en train de la chauffer, dit-il d'un ton ambigu, de sorte que je ne compris pas s'il parlait de la chaudière ou de cette femme. Je me demandai si la vulgarité d'un homme comme lui séduirait Kim-Ly."