490 titres pour la rentrée littéraire : une production au plus bas depuis 20 ans

490 titres pour la rentrée littéraire : une production au plus bas depuis 20 ans
©Olivier Papegnies

Selon le minutieux décompte effectué par le magazine "Livres-Hebdo", ce sont 490 romans et nouvelles qui déferleront en librairie entre la mi-août et la fin octobre, à l'occasion de ce qu'on appelle communément la rentrée littéraire. Ce chiffre marque une diminution de 6 % par rapport à 2021 mais, surtout, il est le plus bas depuis vingt ans. On peut y voir une conséquence de l'augmentation du prix du papier, mais aussi un lien avec les incertitudes liées au rapprochement entre les groupes Editis et Hachette qui, selon une tribune regroupant plusieurs professionnels du livre publiée récemment dans Le Monde, "affaiblirait considérablement la richesse, la diversité et le dynamisme du paysage éditorial français".

Pas de locomotive

Sur ces 490 titres, 345 seront publiés en français et 145 traduits d’une langue étrangère. On n'y trouve aucune locomotive à proprement parler, plutôt une variété de grands noms alléchante. Côté français, les auteurs les plus attendus se nomment Virginie Despentes, Laurent Gaudé, Olivier Adam, Franck Bouysse, Monica Sabolo, Amélie Nothomb, Muriel Barbery, Yannick Haenel, Catherine Millet, Emmanuelle Bayamack-Tam, Alain Mabanckou, Lola Lafon, Marcus Malte, Pierre Ducrozet, Grégoire Bouillier, Miguel Bonnefoy, Pauline Delabroy-Allard, Yasmina Khadra et Emmanuel Carrère (avec un recueil des chroniques du procès des attentats qu'il a signées pour quatre journaux européens).

En traduction, l'on peut citer Russel Banks, Richard Ford, Jonathan Franzen, Toni Morrison (pour une nouvelle inédite), Anna Hope, Sally Rooney, Julie Otsuka, Ta-Nehisi Coates, Anthony Doerr, Tiffany McDaniel, Zoé Valdès ou Juan Gabriel Vásquez.

Notons enfin que parmi les 90 premiers romans annoncés (soit une augmentation de 21 % par rapport l'an dernier), figure "Les tourmentés" du réalisateur belge Lucas Belvaux.