L’écrivain Heinrich von Kleist se donna la mort quand une femme accepta de l’y suivre

L’écrivain se donna la mort quand une femme accepta de l’y suivre.

La tombe de Heinrich von Kleist et de Henriette Vogel
La tombe de Heinrich von Kleist et de Henriette Vogel
Le 21 novembre 1811, dans l’après-midi, une calèche déposa un couple devant une auberge dans la forêt qui longe le doux lac de Wannsee, sur la route de Potsdam. Les voyageurs demandèrent deux chambres, la servante se souviendra que Madame avait tiré le loquet de la porte conduisant à la chambre de Monsieur. Après avoir...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité