Être un écrivain cubain qui vit à Cuba

Dans "L’eau de toutes parts", Leonardo Padura livre une profonde réflexion sur son métier. Parmi nombre d'autres sujets passionnants.

Le Malecón, à La Havane, qui délimite le début et la fin de la ville.
Le Malecón, à La Havane, qui délimite le début et la fin de la ville. ©belgaimage
La photo du Malecón qui illustre la couverture du nouvel ouvrage de Leonardo Padura, L'eau de toutes parts (Agua por todas partes), n'a rien d'une image d'Epinal. Elle correspond bien, en fait, au Cuba de l'écrivain qui réside depuis toujours à...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité