Axelle Jah Njiké: "L’intime est le premier lieu de l’insurrection"

Pour Axelle Jah Njiké, faire le récit de l’intimité des femmes noires est un acte politique.

E.G. (st.)
Axelle Jah Njiké: "L’intime est le premier lieu de l’insurrection"
©Shutterstock
Axelle a 12 ans. Elle en veut à sa mère de l'avoir envoyée en France, loin d'elle, loin du Cameroun. Elle aimerait lui demander pourquoi les enfants l'appellent "la noiraude" à l'école, pourquoi...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité