S’il n’épargne pas plus les "féministes hystériques" que les "bigotes laïques aux seins bandés", ce roman de Desproges est en réalité un hommage aux femmes

"Des femmes qui tombent" ou Desproges en mode Agatha Christie armée d’une bombe de DDT.

S’il n’épargne pas plus les "féministes hystériques" que les "bigotes laïques aux seins bandés", ce roman de Desproges est en réalité un hommage aux femmes
©AFP
Du regretté (comme le veut une formule compassée) Pierre Desproges, on retient généralement les recueils rassemblant les textes des chroniques...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité