Du salon de coiffure au salon littéraire

Du Flaubert bradé à la coupe de cheveux hors de prix, Oscar Lalo questionne la valeur des choses.

Du salon de coiffure au salon littéraire
©Mbzt
Aux accents plus germanopratins que son précédent opus, La race...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité