L’âme fissurée du bourreau

La guerre vue par Émilienne Malfatto comme un engrenage qui dépasse les hommes.

L’âme fissurée du bourreau
©Shutterstock
Photographe et journaliste (un temps reporter de guerre, elle a obtenu le prix Albert-Londres pour Les serpents viendront pour toi. Une histoire colombienne), Émilienne Malfatto est un jour passée au roman sans l'avoir prémédité. "Je n'ai pas choisi la fiction, je n'ai jamais eu l'intention d'en écrire, c'est elle qui m'est tombée dessus", nous explique celle qui décrocha le Goncourt du premier roman pour Que sur toi se lamente le tigre (Elyzad, 2020). Et c'est de pareille manière...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité